Les 2 vérités et les 5 agrégats

Nous sommes entrain de revoir l'organisation de l'accueil sur place comme la situation sanitaire est en évolution. Si vous avez l'intention de vous rendre sur place, il est nécessaire de nous contacter préalablement pour discuter des détails. (Bori: buddhaprogram@gmail.com)

 

Une transmission par Skype sera assurée dans tous les cas (au même tarif).

Pensez à commander les textes indiqués à temps auprès de la boutique (claire.sangye@gmail.com) ou en dehors de la boutique.

 

Enseignements donnés par Lopön Kinley.

Traduction du tibétain vers le français par Christèle Asia.

Overt à tous.

 

21 novembre : Les 2 vérités. Dans le bouddhisme, le monde manifesté, et donc la réalité perçue, sont interprétés sous deux perspectives appelées « les deux vérités » ou, plus justement, « les deux réalités ». La réalité relative, ou la réalité conventionnelle, se rapporte au mode d’être d’apparence des phénomènes et de l’existence.  Elle décrit non seulement comment apparaissent les choses aux yeux des êtres, mais aussi le mécanisme de causalité, les interactions entre les phénomènes (coproduction conditionnée), bref l’efficience de l’existence. La réalité absolue ou « réalité ultime » désigne le mode réel des phénomènes, leur nature essentielle et ultime.  

 

22 novembre : Les 5 agrégats. Dès son premier enseignement, sur les quatre Nobles Vérités, le Bouddha Shakyamouni évoque les 5 agrégats (skandha ou composants psycho-physiques). Dans l’enseignement sur la première Noble Vérité, le Bouddha affirme en effet: "En résumé, les cinq agrégats d'attachement sont  "dukkha", souffrance. Ils sont les composantes de tout "être" en ce monde, instruments de l'attachement et donc de la souffrance. Ce que nous appelons un "être" dans notre langage habituel n'est qu'une combinaison des cinq agrégats en perpétuel changement, ce n'est qu'une étiquette que l'on donne à cet ensemble d'agrégats, en pensant qu'il existe un "soi". Au niveau d’un individu, les cinq skandha sont la base de la personnalité sur laquelle on établit, à tort, l’idée d’un « moi » et d’une personne réellement existante. En terme général, les cinq skandha sont les constituants de tous les phénomènes composés existant dans l’univers (P. Cornu).

 

Le bulletin d'inscription bientôt ici



 

Association Yéshé Khorlo

Pema Yang Dzong

39130 BLYE
Jura, France

 

Contact par email

 

 

© 2020 Yéshé Khorlo Pema Yang Dzong
Réalisation : Jordel Médias Agence Web