Enseignement sur le Bardo Thödol, par Khenpo Karma Wangyel

Nous préparer à la mort, en faire une occasion d’éveil, c’est ce que proposent nombre d’enseignements et pratiques bouddhistes.  

 

Khenpo Karma Wangyel va aborder le fameux « Bardo Thödol », Le livre des morts tibétain, qu’il serait plus précis de traduire par [Le livre de la] Grande Libération par L’Écoute dans les états intermédiaires et qui est un cycle d’enseignements rassemblé dans un corpus de textes dont nous avons, depuis 2009, une traduction complète du tibétain en français réalisée par Philippe Cornu. 

Notre bien-aimé défunt traducteur Bruno Le Guével a eu le temps de traduire la première partie du passage La grande libération par l’audition en s’appuyant sur les conseils de Khenpo Karma Wangyel, ainsi que les 4 prières spécifiques pour accompagner les défunts lors de leur passage dans les Bardos.

Ces textes sont disponibles à la boutique de Pema Yang Dzong.     

 

Le Bardo Thödol est un texte trésor (terma), caché au 8ème siècle par Padmasambhava, le second Bouddha, et découvert au 14ème siècle par le Tertön Karma Lingpa au pied du mont Gampodar.  

En simplifiant un peu, les enseignements bouddhistes tibétains considèrent quatre bardos ou « intervalles » qui sont : le bardo de cette vie, le bardo du moment de la mort, le bardo du « dharma-même » et le bardo du devenir. Certaines sources y ajoutent 2 bardos supplémentaires : le bardo du rêve et le bardo de la méditation.

 

Le bardo de cette vie, l’état dans lequel nous sommes actuellement, est le moment privilégié où l’être humain, fort de la liberté de cette précieuse existence humaine, est en mesure de s’adonner à la pratique spirituelle afin de développer l’amour-compassion pour tous les êtres, de réaliser sa nature de bouddha et se libérer du cycle des renaissances.

C’est tout le propos des pratiques du Vajrayana et du Dzogchen, de permettre par des méthodes spécifiques d’atteindre l’Éveil dans cette vie même. Et si, par manque de diligence, l'Éveil n’était pas réalisé dans cette vie, il y a encore la possibilité de se libérer pendant les bardos du moment de la mort, du « dharma-même » ou du devenir, dont les étapes sont décrites dans le texte du Bardo Thödol. Ce dernier est lu à l’oreille du mourant afin de lui rappeler les instructions qu’il a reçues ou bien encore, une fois le souffle coupé et la mort effective, il est possible de réaliser des prières et rituels pour les personnes décédées. Ces rituels peuvent être pratiqués individuellement, ou en groupe, ou encore au cours de droupchen, qui sont des pratiques où les rituels sont effectués sans discontinuer, 24h sur 24, pendant une dizaine de jours par des moines et des laïcs.  

Nul n’échappe à la mort et quand ce moment arrive, les personnes sont bien démunies, qu’il s’agisse de la mort de proches ou du processus de notre propre mort.

Les enseignements donnés par Khenpo Karma Wangyel sont l’occasion pour préparer ce moment, mais également pour mieux vivre notre vie actuelle et la mettre au service d’une pratique spirituelle afin de découvrir la nature véritable de notre esprit et cesser l’errance de vie en vie sous le poids d’une illusion toujours recommencée.

 

La retraite est ouverte à tous.

 

La traduction est assurée du tibétain vers le français par Edith Bermann.  

 

Si possible sur place, sinon par Skype.

 

Télécharger le bulletin d'inscription



 

Association Yéshé Khorlo

Pema Yang Dzong

39130 BLYE
Jura, France

 

Contact par email

 

 

© 2020 Yéshé Khorlo Pema Yang Dzong
Réalisation : Jordel Médias Agence Web